Hors-Poudlard - Tome 6


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ¤Dragonia Lucilius¤Gérante de Fleury & Bott¤

Aller en bas 
AuteurMessage
Dragonia Lucilius

avatar

Nombre de messages : 14
Localisation : Fleury et Bott, Chemin de Traverse, ou chez elle, à Soho
Date d'inscription : 24/02/2006

MessageSujet: ¤Dragonia Lucilius¤Gérante de Fleury & Bott¤   Ven 24 Fév - 3:18

Prénom et nom : Dragonia Melinda Cornelia Lucilius

Âge : 30 ans

Emploi: Gérante de la libraire "Fleury & Bott" sur le Chemin de Traverse.

Biographie:

Enfance :

Née un beau jour de mars, Dragonia fit la connaissance de ses parents: son papa, il était Médicomage de quartier, c'est à dire qu'il est Médicomage, mais pour les sorciers du quartier qui ne peuvent pas se déplacer jusqu'à Ste-Mangouste. La Maman de Dragonia travaille avec lui, elle est son infirmière, et tous les deux, ils passent leurs journées entières à sillonner les route du Surrey pour soigner les sorciers.

Bien sûr, comme beaucoup de parents, Mr et Mrs Lucilius aiment leur fille. Mais Mr et Mrs Lucilius ont un bô travail qu'ils adorent tout autant. Alors Mr et Mrs Lucilius confient leur fille aux mains d'une nourrice, dont nous tairons le nom (elle désire garder l'anonymat, voulant trouver du travail même après la parution de cette biographie).

Une fois que les parents, chaque jour, quittent la maison familiale, la chère nounou s'installe dans le jardin quand il fait beau ou bien dans le canapé quand il ne fait pas beau, et lit de long en large tous les Sorcière hebdo des vingt dernières années. Dragonia, au début, pleure longtemps dans son berceau, puis apprend par elle-même que si elle veut à manger, ce n’est certes pas sa nourrice qui l'aidera. Alors elle apprend seule à enlever la petite barrière du berceau… plus tard, elle arrive à quitter le berceau et à ramper jusqu’à la cuisine… Encore plus tard, elle fera ses premiers pas, rythmés par les ronflements de la nourrice… Et encore un peu plus tard, elle parviendra seule à ouvrir la porte du placard à biscuits…

La nourrice se faisait bien sûr passer pour l’honorable tutrice de cette enfant. Les parents, très contents d’elle, la laisseront d’ailleurs en poste les six premières années de la vie de Dragonia.

Ne croyez pas que les parents de Dragonia ne s’intéressaient pas à leur fille. Bien au contraire, ils la considéraient comme la prunelle de leurs yeux, bien qu’ils ne la voient et ne lui parlent que la moitié de leurs dimanches. D’ailleurs, parlons un peu des parents : Madame est une enfant de Moldus, elle a fait ses études à Gryffondor. Monsieur est quant à lui issu d’une longue et noble lignée de Mages Noirs ayant bien sûr tous fait leurs études à Serpentard. Ils se sont rencontrés à Poudlard et la mère de Dragonia remit son père dans le droit chemin. Depuis, Monsieur ne parle plus à ses frères et sœurs, quant à Madame, elle va souvent passer son dimanche chez ses parents en compagnie de sa fille, son mari étant très occupé à remplir les fiches de ses patients. Dragonia adorent ses grands-parents. Son grand-père lui fait des jouets en bois et sa grand-mère lui cous des poupées. Ces jouets sont plus chers à son cœur que tous les présents que ses parents peuvent lui acheter. Ils lui offrent aussi, à chaque anniversaire, de grands livres de contes moldus. Mais revenons à l’éducation de notre jeune enfant :

La petite fille apprendra, grâce à son adoraaaable nourrice, à se débrouiller seule. A l’âge de trois ans, récupérant les Sorcière hebdo traînant par terre, elle apprendra à lire par elle-même. Puis, elle ira se réfugier dans sa chambre, où elle lira ses beaux livres de contes à son assemblée de jouets. Chacun avait son rôle dans l’assemblée, Dragonia était la rédactrice (pour elle, la « rédactrice » était le chef, elle avait appris les termes hiérarchiques en lisant la dernière page de Sorcière hebdo). Elle avait la chance de posséder une grande chambre, où trois fenêtres donnaient sur le jardin de la maison. Souvent, le jour, les fenêtres étaient grandes ouvertes. La nuit aussi : la petite fille passait des heures à observer le ciel, se disant qu’un jour, son Prince Charmant à elle aussi viendrait la chercher.

L’été, lorsque les parents s’offraient quelques semaines de congés, c’était la fête à la maison : on mangeait des crêpes tous les après-midi, à jouer dans le jardin, à aider Maman en arrosant les plantes… Pendant ces quelques semaines, Dragonia se sentait vivre et oubliait un peu ses jouets, dans sa chambre. Mais le reste de l’année, elle vivait presque seule.

A l’âge de six ans, ses parents, fiers d’elle (et un peu à court niveau pognon), lui annoncèrent qu’ils étaient étonnés de sa maturité et qu’ils avaient demandé à la nourrice de ne plus venir. Dragonia se retrouvait vraiment seule, tout au long de la journée.

Les premières années, cela ne changea pas grand chose, Dragonia étant habituée à cuisiner son repas elle-même ou à s’occuper.

Mais à partir de l’âge de neuf ans, elle commença à trouver le temps long. Elle passait alors des heures à dessiner et à écrire, choses qu’elle pratiquait déjà depuis longtemps mais pas autant. Le soir, quand ses parents rentraient, elle était souvent endormie sur le tapis du salon ou sur la table de la salle à manger un crayon à la main et une feuille de parchemin en guise d’oreiller, les reliefs d’un repas à peine touché à côté d’elle. En deux ans, elle remplit plus de 60 cahiers de dessins et de petits contes.

Elle sortait rarement, et quand c’était le cas c’était pour aller voir ses grands-parents maternels. Elle n’avait pas beaucoup de nouvelles sur le monde extérieur, à part par la RITM (radio à transmission magique). Elle lisait de temps en temps un livre de la bibliothèque de ses parents…

Enfin, un beau jour du mois de juin qu’elle sirotait une limonade en griffonnant un nouveau dessin, un hibou fonça sur elle et déposa la si attendue lettre de Poudlard sur ses genoux. Tout sourire, elle la décacheta. Le soir même, elle resta éveillée jusqu’à ce que ses parents rentrent. Là, étonnés de la voir encore si fraîche et souriante à cette heure avancée, elle leur tendit la lettre de Poudlard. Ses parents prirent alors un jour de congés et le lendemain ils gâtèrent leur fille sur le Chemin de Traverse.

Le reste de l’été, Dragonia restait souvent éveillée très tard pour demander à ses parents de lui raconter leurs scolarités à Poudlard. Elle lut tout ses livres, avides de pouvoir els mettre en pratique. Elle s’entraîna même à quelques enchantements, qu’elle réussit presque tous du premier coup.



Sa vie à Poudlard :

Ses parents ne purent l’accompagner voie neuf trois-quarts. Une de leurs clientes était très souffrante et ils devaient à tout prix s’en occuper… ils avaient donné toutes les indications à leur fille pour qu’elle ne se perde pas.

Elle avait pris la Poudre de Cheminette, s’était retrouvée dans une Cabine téléphonique pas très loin de la gare, et s’était avancée, courageuse, vers la voie neuf trois-quarts. Elle passera son trajet seule dans un compartiment, à lire L’Histoire de Poudlard.

Arrivée à Poudlard, elle attendra impatiemment d’être répartie, que ce soit dans n’importe quelle Maison. Ayant grandit avec pour seuls récits ceux de ses parents et de ses livres, elle imagine Poudlard comme un monde parfait où tous les élèves s’entendent…

… Elle découvrira vite qu’elle avait tort lorsque le Choixpeau l’envoie à Serpentard, la Maison de son père. Très vite, avec ses idées d’amitié inter-Maisons, elle se fera affligée du surnom de « traîtresse » par les autres filles de sa classe, en parlant avec des Poufsouffle, des Serdaigle et des Gryffondor. Mais elle ne s’en soucie guère. Même si elle aurait beaucoup aimé beaucoup que les autres filles comprennent qu’on peut très bien passer au-delà des stéréotypes et se faire des amis ailleurs qu’à Serpentard…

Petit à petit, elle arrivera à se faire des amis partout, même au sein de sa propre Maison, et deviendra même préfète chez les Serpentard ainsi que Poursuiveuse dans leur équipe. Un meilleur ami Gryffondor, une meilleure amie Serdaigle, mais surtout, surtout, un charmant jeune homme de Poufsouffle la soutiendront dans tous ses moments durs.

C'est à la fin de sa cinquième année que la jeune Dragonia commence à fréquenter l'irresistible Kingsley, avec qui elle deviendra de plus en plus proche jusqu'à ne plus pouvoir se passer de lui. Il marquera sa vie à jamais et ne pourra jamais l'oublier.

Dragonia termine ses études à Poudlard avec des notes catastrophiques en Potions et un Optimal en Enchantements, et ne sait pas quoi faire de sa vie.


Après Poudlard:

Dragonia ira travailler une bonne année comme vendeuse chez Fleury & Bott, afin de gagner assez d'argent pour faire le tour du monde. Kingsley entre quant à lui à l'école d'Auror...

La peur de perdre Kingsley, l'angoisse de ne pas le voir revenir, et la terreur maladive de passer une vie à penser qu'il est mort mettent un terme à leur relation. Le monde de la jeune fille s'écroule et elle s'empresse de partir voir le monde pour tenter d'oublier...

C'est dans les bras d'un fils d'Auror rencontré en Allemagne, Liam, qu'elle croira échapper à ces peurs et terreurs et pensera pouvoir repartir d'un nouveau pied... Jusqu'à ce que Liam se fasse assassiner sous ses yeux par des Mangemorts rancuniers.

Miraculeusement sortie vivante de cette boucherie, traumatisée, Dragonia mettra deux ans à ce remettre de cette épreuve, chez ses parents, qui en tant que Médicomages feront tout leur possible pour lui rendre le sourire.

Au terme de deux années extrêmement difficiles, la jeune Dragonia, alors âgée de vingt-trois ans révolus, décide de prendre sa vie en main et de trouver un travail dans lequel elle pourra s'épanouir sans risquer la vie de ses proches.

Elle retournera chez Fleury & Bott où elle restera quelques années comme vendeuse, jusqu'à récemment acquérir le statut de gérante après le départ en retraite de son ancien patron. Entourée toute la journée de livres, pouvant rendre service aux autres et ayant assez de temps pour se consacrer à l'écriture et au dessin, ses deux autres passions, la jeune femme se sent revivre et profite pleinement de la vie.

Sa vie amoureuse, presque inexistante, ne se résume qu'à des souvenirs douloureux et des espoirs sans lendemains. Elle qui ne pensait pas pouvoir vivre sans Prince Charmant se refuse à se laisser abattre par son statut de célibataire.

Quand la Gazette annonce le retour du Seigneur des Ténèbres, Dragonia est d'abord prise de panique puis se fait une raison ; qui donc viendrait assassiner une propriétaire de librairie anonyme et pas menaçante pour deux Noises? Elle décide donc de garder la librarie ouverte, même en voyant els autres boutiques fermer peu à peu, et se force à toujours garder le sourire afin de donner un peu d'espoir aux gens.

A lépoque où commence notre forum, Dragonia est l'une des rares à ne pas songer à fermer boutique et continue sa petite vie paisible comme si de rien n'était... Va-t-on chambouler pour elle son train-train monocorde?


Dernière édition par le Ven 24 Fév - 3:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeannelafolle01.skyblog.com
Dragonia Lucilius

avatar

Nombre de messages : 14
Localisation : Fleury et Bott, Chemin de Traverse, ou chez elle, à Soho
Date d'inscription : 24/02/2006

MessageSujet: Re: ¤Dragonia Lucilius¤Gérante de Fleury & Bott¤   Ven 24 Fév - 3:30

Description physique:


Assez petite (1m60), Dragonia a une silhouette mêlant savamment des bras, des jambes et des doigts fins à un corps joliment potelé. Son teint clair et ses lèvres roses lui donnent presque toujours l'air d'une petite poupée.

Elle a le sourire facile, un sourire chaleureux et bienveillant la plupart du temps, quelque fois de petits sourires timides. Les seuls bijoux qu'elle porte régulièrement sont des boucles d'oreilles de toutes sortes et de toutes les couleurs, ainsi qu'un lien en cuir orné d'une rune en argent autour du cou...

Elle aime beaucoup se vêtir de robes légères, dont les pans virevoltent autour de ses jambes, que ce soit l'hiver ou l'été. Elle est assez coquette et aime passer un petit moment chaque matin à s'habiller, se coiffer et se maquiller - toujours de teintes très discrètes, bien sûr.

Ses cheveux, longs et bouclés, glissent souvent sur ses épaules et dans son dos, elle les attache rarement. Ses grands yeux noisette bordés de cils promènent souvent un regard curieux sur les choses, et sont souvent voilés d'un peu de mélancolie ou de rêverie.

Enfin, Dragonia à une tendance prononcée au rougissement intempestif.




Caractère :


Qualités : Dragonia est avant tout une personne très gentille. Souriante, aimable, polie et chaleureuse, elle est assez sociable et s'entend avec presque tout le monde. Elle est très ouverte d'esprit et est toujours prête à rire à une bonne blague. Elle apprécie l'humour et aime en faire elle-même. Quand quelqu'un dans son entourage ne semble pas aller bien - ou bien même quelqu'un dont la vue lui serre le coeur dans la rue - elle essaie de parler avec, de le rassurer ou de trouver un moyen de lui rendre le sourire. Elle essaie toujours de faire preuve de patience, mais ce n'est pas son fort du tout. Elle est aussi très persévérante et son expérience de la vie lui a appris à ne pas se laisser abattre facilement, peu importe la souffrance endurée. Elle essaie toujours de parvenir à ses fins, seule raison pour laquelle elle fut envoyée à Serpentard. Elle est aussi très curieuse, ce qui peut se révéler être une qualité mais aussi un défaut...

Défauts : Malheureusement, sa trop grande gentillesse se transforme bien souvent en naïveté. Tout de même moins naïve que dans sa jeunesse, Dragonia n'a tendance qu'à voir le bien chez les gens et oublie qu'on peut aisément se jouer d'elle, ce qui en fait une proie facile en ce temps de guerre. Elle n'est pas très patiente, quand quelque chose l'énerve, elle se laisse vite emporter et doit faire autre chose en attendant d'arriver à ce qu'elle veut.

Le courage est loin d'être sa plus grande qualité. Au contraire, elle est très peureuse et très lâche face au danger. Si seule sa vie est en jeu, elle préfère fuire que faire face et se défendre. Elle évite au maximum les conflits, déteste se retrouver dans des situations difficiles. Elle cède aisément à la facilité, car elle est assez paresseuse, aime avoir son petit chez-elle où rêvasser des heures dans des fauteuils bien confortables... Elle aime son petit confort, ce qui ne veut pas dire qu'elle ne fait jamais d'efforts pour quoi que ce soit. Au contraire, elle a beau être très impatiente, elle persévère toujours. Tellement que cela peut finir par énerver son entourage. Sa curiosité, quand Dragonia ne se contrôle pas, peut en faire fuir plus d'un.


Ce qu’elle aime : Dragonia apprécie avant tout les petits bonheurs simples de la vie : une petite brise légère un soir d'été, un joli coucher de soleil, une grosse plaque de chocolat, croquer des cerises, assise dans son jardin, lire un bon roman au coin d'un feu, entendre son chat Lumos ronronner sur ses genoux, se réveiller le matin à cause d'un doux rayon de soleil qui filtre à travers les rideaux, réussir un dessin, lire un joli poème ou écouter une belle chanson, retrouver un peu d'argent dans une vieille bourse, voir un inconnu lui sourire... Elle aime la vie, même si la vie lui a fait subir de terribles épreuves.

Ses passes-temps préférés sont le dessin et la lecture. Elle a aussi tenté d'écrire plusieurs histoires pour enfants, mais n'osera sans doute jamais essayer de les faire publier. Dragonia adore également rêver, plonger des heures dans le monde qui n'existe que dans sa tête, sans pour autant être insociable et renfermée. Ayant toujours un calepin à portée de main, elle croque et note toutes les idées farfelues qui lui viennent en tête, et cela depuis sa plus tendre enfance. Elle aime aussi se remémorer ses bons souvenirs, même si cela la rend parfois mélancolique.

Enfin, last but not least, Dragonia voue un culte à tout ce qui est parfumé à la cerise.


Ce qu’elle déteste : Dragonia déteste les gens fermés d'esprit, têtus, avec qui il est impossible d'avoir une discussion civilisée sans, en tout cas pour elle, s'énerver et se disputer. Pour elle, les débats sont enrichissants seulement lorsqu'il y a un échange des deux côtés. Si l'un reste fermé et obtus, elle oubliera vite cette personne et n'essaiera plus de parler avec.

Enfin, elle a horriblement peur du néant, du vide, de ne pas savoir ce qu'il y a derrière elle, ou bien de ne pas voir ce qui est caché dans une eau où elle se baigne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeannelafolle01.skyblog.com
 
¤Dragonia Lucilius¤Gérante de Fleury & Bott¤
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le quartier disciplinaire de Fleury-Mérogis
» ♣. Gros manque de temps, mais énorme envie d'écrire. x) | Vétérante => Iris
» Shi'nay [Fossoyeuse Itinérante]
» Crêperie
» Le manga dans tous ses états à Bayeux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hors-Poudlard - Tome 6 :: AVANT TOUTE CHOSE, C'EST ICI QU'IL FAUT PASSER ! :: Présentation des Personnages-
Sauter vers: